Le site familial de 

Shojaeddin SHAFA

 

 

                        Pour Un Iran Des Lumières

 

                                                  La devise de  Shojaeddin Shafa et celle de tout patriote iranien

                                                  épris de liberté, C’est, répétait-il, « le combat d’une vie, d’une

                                                génération, de plusieurs générations, de  toutes les générations ». 

Pour Shojaeddin Shafa, les Lumières étaient indissociables de la culture, de la littérature, de l’Histoire. Connaissance,  transmission, échanges culturels,  tolérance,  bienveillance,  furent les maîtres mots qui animèrent sa vie.  « Charnellement » attaché à l’Iran et à sa culture, il œuvra infatigablement  et sans compromis – parfois dans l’adversité  à faire   redécouvrir  le legs de la Perse et de l’Iran à l’Histoire de l’Humanité.  Legs que les savants orientalistes n’ont cessé de mettre en avant  quand d’autres, uniquement préoccupés par des enjeux politico-stratégiques « supérieurs »,  retenaient de ce pays sa position sur l’échiquier mondial.      

Depuis 1979 et le retour à un passé obscurantiste que l’on avait cru révolu,  cette devise résonne avec une acuité d’autant plus forte.   

« Les Iraniens mènent une guerre contre les marchands de la foi depuis 1.400 ans.   Et cette résistance pour préserver leur identité et leur riche culture  les définit  en tant que nation ».

 

Aux jeunes Iraniens réunis à Sciences-Po  à l’initiative de l’Association Demain l’Iran,  à Paris en 2004, il déclarait en substance :

« Le message que je voudrais faire passer s’adresse à vous tous, femmes et hommes décideurs de l’Histoire en devenir :

N’oubliez pas que vous êtes les dépositaires d’un héritage historique et culturel parmi les plus prestigieux de l’Histoire de l’Humanité ; que tout au long des siècles des générations successives d’Iraniens l’ont façonnée, concourant à sa richesse et à son universalité. Vous êtes des maillons de cette chaîne plusieurs fois millénaire et vous tenez entre vos mains ce flambeau qui, selon le grand historien français René Grousset, doit être porté par le peuple iranien à travers les aléas de l’Histoire jusqu’au crépuscule de cette Histoire.

Chacun d’entre vous en a déjà mesuré l’importance ou le fera à un moment de sa vie. Vous avez un devoir de mémoire envers ce passé, en même temps que vous devez être le lien avec les générations futures.

Aujourd’hui, vous vous trouvez confrontés à des moments difficiles dans l’accomplissement de votre mission ; mais n’oubliez pas que de semblables épreuves ont été surmontées dans notre histoire. Permettez-moi à ce propos de citer l’analyse éloquente du célèbre journaliste et éditorialiste Edouard Sablier,  dans son livre publié dans les années 1990 : « De la Perse à l’Iran » :

"Les Hauts plateaux de l’Iran ont été, depuis des milliers d’années, un foyer perpétuel de culture, de pensée et d’art. Le sol a constamment été envahi, la civilisation, elle, n’a jamais cessé son cheminement.

L’Iran a assimilé tous ses envahisseurs. Comme son peuplier blanc de Tabriz, le pays a souvent plié sous le vent sans jamais rompre. Les conquérants domptés adopteront les mœurs du vaincu, encourageant eux-mêmes sa renaissance.

L’Islam n’a pas rompu cette continuité. Vers le 7ème siècle, l’Empire Sassanide, ruiné à l’intérieur, est assailli par les cavaliers arabes L’Iran devient une province du Califat, la foi du vainqueur s’y impose. On pourrait penser que le génie persan s’en va, cette fois. Il n’en est rien. Tout au contraire, la conquête lui donne un rayonnement nouveau. La culture persane va pénétrer dans tout l’univers de l’Islam. De Boukhara à Cordoue, partout où un cavalier de l’Islam plante son étendard, la culture et l’administration iraniennes vont laisser leur marque. Mille ans avant Pasteur et Freud, Avicenne découvre les microbes et la psychologie.

Un pays vieux comme le monde, mais sans cesse rajeuni, et qui, par-dessus tout, a la certitude de survivre. Quand on a dompté le conquérant grec, triomphé de la puissance romaine, assimilé le vainqueur arabe, survécu au destructeur mongol, contenu l’invincible armée ottomane, que peut-on craindre de l’avenir ? C’est pourquoi le Persan conserve aujourd’hui sa foi en l’arrivée de jours meilleurs".

 

Conserver cette foi, oui ! mais certes pas dans une logique de fatalisme qui consisterait à croire que les jours meilleurs de toute façon arriveront, sans même un effort de chacun de nous. La réalité est que nous devons tout faire pour leur ouvrir la voie et les mériter. Cela implique, dans le contexte présent, que notre mobilisation ne se limite pas à changer un régime qui ne répond pas aux aspirations du peuple, mais de disposer aussi d’une alternative solide et parfaitement à la hauteur de cette écrasante responsabilité qu’est la reconstruction d’un Iran matériellement et moralement en ruines. A contrario, on verrait s’installer l’anarchie où prévaudraient les intérêts mesquins, les communautarismes, les discriminations pouvant conduire à une guerre civile ou au partage du pays.

Par delà les enjeux politiques de toutes sortes, il est absolument nécessaire et urgent qu’une vraie force alternative se développe avec une  forte conscience nationale. On ne peut reconstruire un pays en reniant son passé, proche et lointain, ses forces comme ses faiblesses, qui ont forgé l’âme de son peuple et son identité culturelle. C’est précisément là, dans l’immense réservoir de notre héritage historique et  culturel qu’il faut puiser pour relever notre pays. Nous devons nous réapproprier cet héritage bafoué, tronqué, déformé, détourné. »

 

Ce défi, réaffirmé par Shojaeddin Shafa jusqu’à son dernier souffle avec force de conviction, dans ses écrits, dans ses prises de position, dans ses actions, c’est à chaque femme, à chaque homme de le relever, avant que l’histoire ne se répète et que d’autres ne le fassent à leur place.

 

Ce combat est aujourd’hui le Nôtre et le Vôtre.

FOLLOW ME

  • Icône social Instagram
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic

© 2023 by shojaeddinshafa.com